Sandrine Treiner démissionne de France Culture après les accusations de management brutal – Libération

Le directeur de l’antenne du groupe Radio France a annoncé son départ dans un mail interne à ses confrères, qui ont consulté Libération, et attendaient un rapport sur la gestion de la chaîne, prévu la semaine prochaine.

Dans l’enquête, plusieurs témoins ont été accusés de gestion brutale Sortie En septembre, Sandrine Treyner avait annoncé sa démission de la direction de France Culture dans un mail interne envoyé mardi aux personnels de la chaîne. le monde. « C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai choisi de vous écrire. Les derniers mois ont été compliqués. Pour le bien de notre équipe et de la culture française, que j’aime tant, je veux mettre fin à ce moment difficile. J’ai donc décidé de quitter la direction de la culture française en accord avec la direction générale. écrit Sandrine Treyner en introduction de ce long billet, à propos de ses treize années d’antenne, d’abord comme conseillère des programmes d’Olivier Poivre d’Arvor, puis comme directrice de la culture française nommée par Matthias Galle en 2015.

“C’est plus que ce que nous imaginions”

Sandrine Treyner a ainsi annoncé sa démission, dans l’attente des résultats attendus de la mission d’inspection et d’audition la semaine prochaine des salariés de France Culture par le cabinet spécialisé Alcens. La procédure a été ouverte par Radio France après une enquête Libéréproduit un flot de témoignages, “plus d’une centaine” selon une source syndicale, à tel point que l’horaire initial a dû être prolongé de plusieurs semaines. “C’est au-delà de l’imagination, commentaires sur la même source. Même si certains étaient certainement présents pour dire toutes les bonnes choses qu’ils pensaient de la direction. Si vous rencontrez une telle vérification, cela indique l’étendue du problème. Le contenu de cet audit n’est pas filtré. La firme Alcens (qui ne souhaite pas s’exprimer à ce stade) n’a pas abouti son projet et n’a transmis aucun élément intermédiaire à la direction de Radio France. Sibylle Veil, présidente de Radio France, qui a été renouvelée pour un nouveau mandat en décembre, a déclaré ne pas vouloir s’exprimer lorsqu’on lui a demandé.

Lire Aussi :  Montauban : une professeure sous protection policière après une remarque sur le vêtement d’une élève

Mercredi, dans un mail interne adressé et consulté par les équipes françaises de la culture SortieEnfin Sibyle Veil a dit bonjour “esprit de responsabilité” dont Sandrine Treiner “Il a pris cette décision (Démission, NDLR) après 13 ans de service à la chaîne”. Par ailleurs, le directeur des programmes Florian Delorme, ancien producteur, primé en interne et nommé en octobre dernier pour mettre de l’huile sur les roues, annonce qu’il prendra la direction de la chaîne par intérim à partir de la semaine prochaine. “Ces derniers mois, l’équipe dirigeante a commencé à améliorer les performances de la chaîne. Les enseignements du rapport d’écoute et de diagnostic que nous recevrons prochainement nous permettront d’aller jusqu’au bout et d’entamer les actions qui restent nécessaires.” il écrit. Sibyle Veil conclut par un vœu pour le staff« Avancer ensemble pour poursuivre sereinement ce projet unique d’utilité publique qu’est la culture française ».

Visiblement, le patron de l’entreprise publique n’a pas voulu garder le directeur de la culture française à son poste. Parlé dans son message interne un “accord avec la direction générale”, Sandrine Treiner le reconnaît à sa manière. Il ne dit pas exactement quel sera son avenir professionnel. Il devrait quitter la chaîne en fin de semaine. “Sandrine, selon ses mots, voulait mettre un terme à un moment compliqué qui avait assez duré. Depuis la publication de l’article [de Libé] et l’ouverture de l’enquête, le climat n’est pas optimal, moins apaisé”, commente une source proche du directeur de la Culture. en chaîne, “Tout le monde attendait que l’audit soit rétabli, les dossiers des employés. Pour certains, ce sang-froid est trop lourd, les décisions de gestion se prennent au bout d’un certain temps, Sandrine s’implique moins”. plus prudent et “très beau”se demande l’autre partenaire.

Lire Aussi :  l’enquête s’oriente vers un « phénomène de bandes »

Sandrine Trainor : “Il va sans dire que je me suis trompée et j’en suis désolée”

“verticalité de la dictature”, “méfiance”, “humiliation” : il y a quatre mois, Libéré selon près d’une vingtaine de témoignages de salariés, décrit les pratiques managériales de Sandrine Treiner au sein de France Culture. Il est décrit un “un système de violence et d’assujettissement neutralisé par la peur” ou un “Politique généralisée de diffamation” Elle a conduit à au moins quatre rapports en 2022, alléguant du harcèlement moral et ciblant la direction de la chaîne.

Dans son article de mardi, Sandrine Trainor décrit une partie de l’erreur : “Outre nos grands succès et tous les moments heureux, j’ai aussi des regrets. J’ai eu l’occasion de vous les confier. “Bien sûr, j’ai fait des erreurs et j’en suis désolé.” Ou alors: “Parfois, évidemment, en raison de la distance, de la séparation, de la difficulté de se rencontrer, de la brièveté des temps informels, et parfois en raison de la vitesse d’évolution, du stress, de la surcharge des sujets, nous ne nous sommes pas très bien compris. J’assume ici l’entière responsabilité. Je le prends.” Il explique aussi que “Tout est plus dangereux pour les femmes. J’ai moi-même payé par le passé. Pour les femmes responsables, d’une manière spéciale. Ici, nous sommes soumis à des ordres contradictoires, le plus souvent à des autorités sociales bien établies, parfois nous avons encore du mal à répondre et parfois, malheureusement, nous aidons à les maintenir.

Lire Aussi :  Six engagés, cinq qualifiés : La France respire au classement UEFA

Sous l’impulsion de Sandrine Trainor, qui a poursuivi l’œuvre entamée par son prédécesseur, Olivier Poivre d’Arvor, la culture française continue d’élargir son audience. Selon la dernière vague mesurée par Médiamétrie, son audience totale est de 3,1% en novembre et décembre 2022, soit 1,7 million d’auditeurs par jour. En 2015, la station dépassait à peine 2 %. Parallèlement, l’antenne se féminise et l’offre numérique se développe, notamment le podcasting. “Résultats, Sandrine Trainor se réjouit de son message intérieur. C’est un passeport pour l’avenir à long terme de la culture française.

Mis à jour le 25 janvier 2023 à 18h00 Avec une adresse aux travailleurs culturels français par Sibyle Veil

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button