Première grève de l’histoire d’Amazon au Royaume-Uni, à l’entrepôt de Coventry

Un membre du syndicat GMB s'adresse aux travailleurs d'Amazon devant un entrepôt à Coventry, au Royaume-Uni, le 25 janvier 2023.

Une partie de l’histoire du syndicat britannique s’est écrite dans la nuit du mardi 24 janvier au mercredi 25 janvier, dans le froid et au vu et au su des ouvriers. Peu après minuit, les premiers grévistes sont sortis de l’entrepôt d’Amazon à Coventry, dans le centre de l’Angleterre, entourés de barricades, et ont été rejoints par quelques syndicalistes qui attendaient. Pour la première fois aux États-Unis d’Amérique, le géant américain a connu un énorme choc des ventes qui a duré toute la journée de mercredi.

Lisez aussi; Notre article est réservé aux abonnés Une victoire inattendue pour le mouvement syndical de base chez Amazon à New York
Lire Aussi :  « 17.7 % de hausse pour les conserves de légumes. Les augmentations de prix annoncées par Leclerc ». L’édito de Charles SANNAT

La direction d’Amazon déprime ses résultats. Ce sera “aucun impact” Je travaillais au centre de Coventry “Normand” mercredi et dimanche “Une fraction de 1% de nos employés au Royaume-Uni” [75 000 au total] voté pour la grève. Mais cette ligne de défense est d’ignorer les principaux moyens par lesquels les Trade Unionists britanniques ont réussi à la faire advenir.

“Nous essayons de nous organiser autour d’Amazon depuis dix ans.”souligne Amanda Gearing, le syndicat GMB, qui est de retour. Ces longues journées infructueuses passées à voler dans le parking de nombreux entrepôts de firmes américaines. Ils ont également remarqué que les travailleurs allaient travailler et qu’ils essayaient de les rejoindre. Frustré.

Lire Aussi :  Solenciel, l'entreprise grenobloise qui aide les femmes à sortir de la prostitution par le travail

Un différend sur les salaires

En revanche, la direction d’Amazon n’a pas voulu entendre parler de la revue syndicale. En revanche, les travailleurs eux-mêmes sont très réticents. « Nous parlons environ 40 langues différentes dans les entrepôts, et de nombreux syndicats se méfient. Pour eux, il rime souvent avec mafia.”explique Darren Westwood, l’un des rares employés qui ose parler ouvertement.

Il a 57 ans et connaît depuis longtemps magasins fermésces entreprises où chaque nouvel employé est obligé de devenir membre de l’entreprise. Son attitude est donc différente, mais même dans cette histoire, il s’en fichait. “En fait, quand j’ai quitté l’entrepôt, j’ai conduit ma voiture autour des syndicalistes qui essayaient de m’atteindre.”il fait confiance

Lire Aussi :  DIRECT. Guerre en Ukraine : Macron promet de «redoubler d’efforts» pour que les Ukrainiens puissent «passer l’hiver»

Tout a changé en août 2022. Pendant la pandémie de Covid-19, les employés d’Amazon sont en grève au travail. Dans les entrepôts, la colère monte sur les conditions de travail et les protections sanitaires jugées insuffisantes. Mais il y avait l’espoir d’une grande récompense. Les ouvriers, dont la rémunération est de 10,50 livres (12 euros) de l’heure, s’attendaient à une forte hausse. “Il y avait une rumeur selon laquelle nous allions à 12 livres de l’heure.”Seigneur Westwood.

Vous avez 50,92% de cet article à lire. Seuls les abonnés suivent.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button