Parlons MotoGP : Remy Gardner, erreur de parcours ?

Nous continuons notre examen de la saison de chaque pilote, de la fin à Pecco Bagnaia. Pour apprécier la performance de nos héros, regarder leur place dans la tribune ne suffit pas. Ainsi, nous allons nous intéresser à la dynamique, au contenu, aux qualifications, aux attentes que le pilote en question a suscitées pour déterminer sa campagne. Cet avis est encore subjectif, et nous voulons savoir ce que vous en pensez dans les commentaires. Hier c’était la saison des rookies Darryn Binder qui a été loué. Vous pouvez trouver des articles connexes en cliquant sur cet article.

Aujourd’hui, un autre nouveau venu est à l’honneur. Rémy Gardner, le champion du monde Moto2 2021, ne brille pas, c’est le moins qu’on puisse dire. Analysons tout cela.

I) L’imbroglio

Avant de se pencher sur ses résultats, force est de reconsidérer sa suppression. Le sens de son départ était des plus singuliers. La rupture entre Gardner et KTM est très difficile à comprendre, car aujourd’hui encore, les principaux passionnés sont surpris. Pour faire simple, tout le monde se renvoie la balle. Il a commencé à croire que Gardner n’était pas assez impliqué, mais cela a été nié par comparer beir. Cependant, l’Australien affirme que son manager Paco Sanchez le lui a donné, selon le communiqué de Jens Heibach, Vice-président du département course chez KTM. De son côté, “Crocodile” Wayne Gardner blâme public… aider sanchez, quand son fils Remy prétend que l’agent n’a rien à voir avec lui ! Sanchez, lui, blâme la direction de KTM. Bref, c’est un problème inextricable.

Lire Aussi :  MotoGP Valence Pol Espargaró (Honda/AB) : "cette année, Honda n’en a pas assez voulu"

Alors, maintenant que c’est dit, concentrons-nous sur le voyage, et essayons de prendre du recul par rapport à ce malentendu.

On voit rarement une séparation aussi négative. Photo: Michelin Motorsport

II) La triste saison

Lire Aussi :  ça a chauffé entre la FFF et les Bleus !

A l’arrivée à Technologie 3, une équipe dont la réputation ne se porte plus, Gardner semble bien se porter, la création de France est l’une des meilleures pour créer de nouveaux talents. Alors, bien sûr, on sait que la KTM RC16 est difficile à appréhender, et même les pilotes, qui connaissent très bien la bête, peinent à travailler en permanence sur son guidon. Mais on ne peut s’attendre qu’à la lumière, à l’explosion qui peut révéler le grand talent de Gardner. Hélas, il n’est jamais venu. Pour rappel, Remy a un championnat Moto2 important, avec cinq victoires en jeu : impressionnant, surtout par rapport à Darryn Binder.

C’est triste à dire, mais c’est la pire campagne de recrue du champion Moto2 depuis l’avènement de la catégorie en 2010, et jusqu’ici. Après son succès à Barcelone (11ème), nous pensons qu’il a été soulagé, mais le second semestre est encore pire que le premier. Ce qui fait peur quand on étudie sa saison, c’est son manque de succès dans la compétition. Gardner était coincé sous la grille. Forcément, à ce stade, la pression évolue, une dimension relevée depuis juin par KTM vis-à-vis de ses pilotes.

Lire Aussi :  XV de France. Mais au fait, avait-on déjà vu une 3ème ligne Jelonch - Ollivon - Alldritt ?

Rappelez-vous, Remy a une circonstance atténuante. Tout d’abord, la compétition de sa machine ne peut lui permettre de mieux jouer, même dans la meilleure situation. De plus, son coéquipier est lui aussi un nouveau venu, et cela, dans l’histoire, n’arrange rien. Comme si cela ne suffisait pas, le syndrome du compartiment l’a frappé en fin de course à Misano. Son brillant ami, que l’on peut qualifier de génie générationnel, n’a pas du tout progressé : au fil de la saison, et à la fin des deux matches, Fernández a terminé neuf fois premier, contre six pour Gardner. Un duel équitable.

Tech3 n’a pas réussi cette saison. Photo: Michelin Motorsport

Conclusion:

Le cas Gardner est difficile à comprendre, pas seulement pour nous sur la route. Peu importe comment vous tournez le problème, ses chances sont supérieures à la moyenne. Sur un plan purement stratégique, KTM a raison de donner l’opportunité au champion du monde Moto2, ce qui est une évidence. Cependant, de nombreux problèmes sont dus à son niveau de performance, mais l’Australien n’y est pas pour rien. Comme d’habitude, “La vérité est au milieu”. Confirmé, le KTMRC 16 n’est pas la meilleure machine pour débuter sa carrière au plus haut niveau, et le management de la firme autrichienne n’est sans doute pas des plus compétitifs.

Mais d’un autre côté, il a pu faire beaucoup de choses qui n’ont pas bénéficié du cœur et de l’esprit de Gardner. Mérite-t-il d’être expulsé ? D’un point de vue purement sportif, il s’impose, car il n’a rien, ou presque, à proposer pour toute la saison. Les Grands Prix vont de plus en plus vite, et à l’avenir, les jeunes n’auront plus le droit à l’erreur. Il suffit de regarder la qualité du plateau Moto2 pour le croire.. De ce point de vue et dans par ici (auquel ils ressemblent à moitié)les Autrichiens ne pouvaient se permettre d’attendre avec des chauffeurs qui n’étaient plus du pur feu. KTM est une marque qui veut gagner et qui a beaucoup de talent à son actif : Next.

Maintenant, faut-il juger le pilote d’une seule saison ? Bien sûr que non. Mais c’est aux autorités de décider de ces actions, car la première année dans un milieu similaire est toujours difficile. Nous lui souhaitons le meilleur pour l’année prochaine, le niveau du WSBK atteint un mauvais niveau, et il deviendra une alternative à de tels profils.

Que pensez-vous de la saison du fils de Gardner ? Dites le nous dans les commentaires!

Si longtemps. Photo: Michelin Motorsport

Photo: Michelin Motorsport



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button