« Nous pouvons obtenir des résultats spectaculaires grâce aux protocoles mis en place »

Charlotte Kaubel, secrétaire d'État à l'Enfance, lors du premier conseil des ministres du gouvernement Bourne, à Paris, le 23 mai 2022.

Mardi 24 janvier, trente-deux enfants et quinze Françaises ont été renvoyés en France depuis des camps syriens. Avec cela, le nombre de mineurs renvoyés du territoire irako-syrien a atteint 295 par les services de l’Etat.

Charlotte Kobel, ancienne juge chargée de la protection du tribunal de la jeunesse (PJJ), ancienne conseillère juridique d’Eduard Philip à Mathigan, est secrétaire d’État à l’enfance depuis mai 2022. Il revendique la politique d’accueil menée par la France, alors que Paris est condamné. , capturé par les familles en 2019 par le Comité des Nations unies contre la torture le 16 janvier, “traitements inhumains ou dégradants” Femmes et enfants laissés en Syrie.

Lire Aussi :  des élus de gauche dénoncent l’ouverture à la concurrence – Libération

Que pensez-vous du changement de politique envers les Françaises et leurs enfants soupçonnés d’être djihadistes, avec l’organisation d’un retour massif à partir de juillet 2022 ?

Nous avons toujours montré que ces mineurs ne sont pas responsables du radicalisme de leurs parents. Ils n’ont pas choisi d’y aller, ils sont français, ils sont mineurs, ils ont le droit d’être protégés. Je n’ai aucun scrupule à ce sujet. Je le dis plus facilement parce que les associations de victimes du terrorisme le disent aussi.

Les exigences de sécurité ont-elles changé ?

Ils restent les mêmes. Alors que la situation s’aggrave, il faut être attentif au fait que les conditions de rapatriement sur place deviennent de plus en plus compliquées. Surtout dans les camps, il y a un processus nécessaire d’identification des citoyens français. J’insiste également sur le fait que nous ne pouvons pas retourner les enfants sans le consentement de la mère. Enfin, nous ne sommes pas dans le cadre d’une procédure d’extradition.

Lire Aussi :  nouveau coup de chaud en France, vers un mois d'octobre record

Nous travaillons en amont pour vous offrir le meilleur accueil possible. Nous sommes maintenant à un bon rythme. Notre expérience est très appréciée par nos voisins.

Avez-vous peur du rejet en France ?

Il était important de garder nos compatriotes en sécurité. L’État a la responsabilité d’être prévenant envers les familles d’accueil : tout risque éventuel de radicalisation doit être prévenu plus tard enfants. Aussi, je fais très attention à ne pas laisser les rapatriés marginaliser et stigmatiser ces enfants dans notre société.

Lire Aussi :  Île-de-France : le 3117, nouveau réflexe pour les victimes de violences sexuelles dans les transports
A lire aussi : Les Français sont dans des camps syriens : Paris viole la Convention contre la torture, selon l’ONU

En fait, nous n’avons pas eu de réaction négative à ce sujet. En effet, les déclarations sont très bien préparées par les services publics, dans une excellente communication interdisciplinaire autour des préfets. Il faut être extrêmement prudent dans l’écriture de l’histoire de ces enfants, car ils vont grandir et devront un jour répondre de leur histoire à leurs enfants.

Il vous reste 60,3% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button