No(s) Dames, l’opéra qui casse les codes du genre !

Au cœur du théâtre Le Trianon à Paris, lors de la première représentation à guichets fermés, 4 siècles d’histoire se sont effacés un lundi après-midi d’hiver. Pour le meilleur! En effet, le spectacle de l’opéra No(s) Dames repose sur une proposition très simple : « Aux femmes la direction de la musique, aux hommes l’agonie des divas ! »

Finies les tragédies où les héroïnes souffrent et sont maltraitées, parfois jusqu’au fémicide. Ici, Carmen, Zaïde, Maria, Médée, Norma ou Violetta prennent enfin leur revanche. Car là où c’est habituellement une femme qui se retrouve au centre de la scène, tourmentée par le danger tragique imaginé par leur compositeur bourreau, c’est cette fois une voix d’homme qui résonne dans la salle. Le contre-ténor Théophile Alexandre assume une tâche inédite – avec brio. Autour de lui se trouvent des compositeurs et des musiciens. Le Quatuor Zaïde, parfaitement nommé pour le spectacle, assure la direction musicale. Un contraste remarquable, déconcertant et envoûtant, qui voit la composition du grand maître retravaillée pour adhérer à cette dynamique perverse.

Lire Aussi :  « Naufrage », « massacre », « malaise »... « Tous Inconnus » sur TF1 a fait le plein de téléspectateurs et de critiques

No(s) Dames, un opéra engagé et puissant

Si vous êtes habitué à l’opéra, No(s) Dames est un spectacle rafraîchissant. Inversant les rôles de l’opéra traditionnel, cette œuvre humaniste et féministe propose une belle réinterprétation du chef-d’œuvre du genre. A travers une performance de plus d’une heure, 21 destins de femmes ont été réécrits. Mis en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau, savamment joué par le Quatuor Zaïde et le contre-ténor Théophile Alexandre, No(s) Dames joue habilement avec la grande tradition romantique, revisitant les thèmes de l’amour et de la mort. Un condensé d’un destin tragique qui s’est donné l’honneur de vivre et d’être célébré, et non d’être le centre d’une œuvre meurtrière.

Lire Aussi :  M Pokora résume son année 2022 avec beaucoup d’émotion sur Instagram !

No(s) Dames est un opéra interculturel aux thèmes malheureusement trop actuels du féminicide et de la violence faite aux femmes. Parallèlement à la représentation, un album compilant les sons de ce nouvel opéra est également sorti. Un livre, écrit par la journaliste Arièle Buteaux, sera également publié, avec des entretiens et des rencontres sur le thème du genre dans la culture. Des ateliers autour de l’opéra et plus particulièrement sur les femmes ont également eu lieu. Avant une certaine date, des conférences et tables rondes permettront également de mettre en contexte et d’échanger sur No(s) Dames. Présentation à retrouver immédiatement. Prochain rendez-vous à Trianon le 11 avril !

Lire Aussi :  «J'aime Hitler et j'adore les nazis», affirme le rappeur Kanye West



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button