Lufthansa en pole position pour prendre le contrôle d’ITA Airways ?

ITA Airlines (anciennement Alitalia) est-elle sur le point de passer sous contrôle allemand ? Selon le Corriere della Sera, qui cite des sources gouvernementales, Lufthansa pourrait acquérir 51 % de la société italienne pour un montant de 250 millions d’euros, tandis que Ferrovie dello Stato et l’État italien recevraient respectivement 29 % et 20 % du capital.

L’entreprise allemande était jusqu’ici favorable à la privatisation complète de l’entreprise italienne, mais le retrait lundi de son partenaire, le navire géant MSC, a changé la donne. Lufthansa se retrouve seule sur la piste et feuilletant les comptes de l’entreprise publique ITA, née en 2021 des cendres d’Alitalia.

Nouveau coup dur pour ITA Airlines (en provenance d’Alitalia) : le plus gros transporteur MSC retire son offre de rachat

Poursuivre les discussions avec les candidats intéressés », s’est-il contenté d’indiquer dans le communiqué du ministère de l’Économie, estimant que son rôle n’est pas de commenter des informations sur « d.Il est possible pour des membres supplémentaires du consortium “. ITA Airlines a besoin ” partenaire de l’industrie “Quel que soit le pays d’origine”, qui permet à l’aéroport de développer les axes du pays et de favoriser la mobilité et le tourisme Le ministre a “apprécié” les efforts d’Adolfo Urso de mercredi.

Lire Aussi :  Expérience client : Combler les lacunes dans la formation et la culture d'entreprise

Entrer dans la carrière de Ferrovie dello Stato allait vraiment marquer son retour, le groupe avait en effet tenté en 2019 de sauver le partenariat Alitalia avant de jeter l’éponge début 2020. A l’époque, des contacts se nouaient déjà. avec Lufthansa, mais aussi avec American Delta Airlines et l’autoroute et l’aéroport italiens Atlantia, contrôlés par la famille Benetton. Si le nom d’Atlanta travaille à nouveau pour Raptor ITA Airlines, le groupe autoroutier n’est pas intéressé désormais, a indiqué à l’AFP une source financière.

Lire Aussi :  la Chine va-t-elle déclencher le prochain bullrun ?

Air France-KLM dans le piège ?

MSC et Lufthansa ont proposé en août de payer 850 millions en espèces pour 80% d’ITA, laissant à l’État italien une seule part de 20%. La réserve commune MSC, avant de jeter l’éponge, était de 60 %.

Le gouvernement de Mario Draghi avait choisi fin août de concurrencer l’offre de certains fonds d’investissement américains, en association avec Air France-KLM et Delta Airlines, en vue d’ouvrir des négociations exclusives. Puis le nouveau ministre des Finances Giancarlo Giorgetti a annoncé fin octobre sa décision non exclusive de reprendre les négociations avec Certare, ouvrant la voie au retour de Lufthansa et MSC.

Lire Aussi :  Améliorer sa gestion client via l'optimisation de l'ingénierie d'entreprise - Solutions > Techno & UX

Mais Air France-KLM Plus tôt cette semaine, il a réitéré son engagement à renforcer les liens avec ITA dans le cadre d’un consortium dirigé par Certares avec son partenaire de coentreprise Delta.

L’Etat vient d’injecter 400 millions d’argent public

En attendant la fin de ce feuilleton, c’est l’État italien qui maintient la compagnie en vie avec une nouvelle injection de 400 millions d’argent public, qui devrait entrer dans les caisses d’ITA Airlines à la fin du mois. Bruxelles a donné son feu vert en septembre 2021 au départ de l’ITA et a donné 1,35 milliard de fonds publics, à condition qu’il arrête de voler à terme. Ce n’est toujours pas le cas.