Europe 1 au cœur du renseignement militaire, épisode 4 : réveiller les téléphones des djihadistes pour les neutraliser

Guillaume Molyneux
changé en

22 décembre 2022 à 14 h 11

Le service secret de renseignement de l’armée française a accepté d’ouvrir ses portes à l’Europe (DRM).

Les cyber-experts de la Direction du renseignement militaire (DRM) tentent de faire revivre des images numériques de djihadistes capturés sur des théâtres d’opérations avec une loupe et un fer à souder. “Nous avons trois exemples différents de téléphones qui ont réussi à obtenir des informations : un qui a été brûlé par l’explosion d’une bombe, un autre qui a été abattu et le dernier qui a failli être coupé en deux”, a-t-il déclaré au micro d’Europe 1. Commandant Henri. Semblables à nos smartphones ancestraux Nokia 33-10, ces antiquités numériques regorgent d’informations précieuses. Ces téléphones de pacotille sont démontés, ressoudés et remontés pour révéler leurs secrets : vidéos, photos, répertoire de contacts, données de géolocalisation…

Lire Aussi :  Top 1000 : les meilleurs joueurs du championnat de France, Delio Onnis (1er) - 16/11/2022 à 06:00

Suivre d’autres directions

Cyber ​​analyste, agente de protection civile, cinq ans chez DRM, Sofia est une information très précieuse qui lui permet de faire revivre le téléphone. Parfois l’identité est inconnue, mais l’utilisation des données permet de remonter sur d’autres pistes. “Nous voulons créer un environnement numérique. C’est-à-dire un environnement personnel, essayer de revenir vers d’autres personnes du même réseau pour mieux comprendre comment cela fonctionne”, explique-t-il. Avec une seule commande : la discrétion. “On essaie de trouver des traces de communication, des traces de vie numérique, mais on ne laisse aucune trace”, poursuit-il.

Lire Aussi :  ENTRETIEN. Philippe Rey, nouveau directeur de la rédaction de France Info: "Donner l'information la plus simple, la plus efficace"

instinct de chasseur

Alors que l’accent est désormais mis sur l’Ukraine, les troupes françaises continuent d’être impliquées au Sahel, notamment au Niger et au Tchad. Au total, 2 500 militaires y sont présents, participant à des missions quotidiennes de soutien aux armées locales contre les groupes terroristes armés.

Lire Aussi :  Elisabeth Borne loue la « justice » du projet du gouvernement

De fil en aiguille, certaines enquêtes de la DRM ont produit des renseignements de haut niveau comme la localisation du chef jihadiste dans les dunes du désert. Qu’est-il arrivé à ces données ? Le djihadiste a-t-il été capturé ou neutralisé par un drone ou des forces spéciales ? Nous n’en savons rien, nous nous engageons à protéger la confidentialité.

Retrouvez toutes les pièces de notre série

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button