Elle sera la future astronaute française : 4 choses à savoir sur Sophie Adenot

la chose principale
A 40 ans, la Française Sophie Adenot vient d’être nommée astronaute de l’Agence spatiale européenne. Ingénieur et pilote d’hélicoptère de l’armée de l’air. Quatre choses à savoir sur le nouveau coéquipier de Thomas Pesquet.

“C’est un moment incroyable, je rêve d’espace depuis toute petite, et mon rêve n’est toujours pas clair aujourd’hui, car on a du mal à comprendre ce qui se passe. Allez !”, a répondu Sophie Adenot à la presse. Ce mercredi 23 novembre, après l’annonce du nouveau concours pour astronautes de l’Agence spatiale européenne (ESA) à Paris.

A lire aussi :
Espace : Sophie Adenot, deuxième astronaute française après Claude Haignere

CV d’astronaute

“Nous avons travaillé dur pour en arriver là aujourd’hui”, a-t-il déclaré en s’installant sur le podium du Grand Palais de fortune où cinq élus, dont une autre femme, une Britannique, une Espagnole, une Belge et une Suisse, ont été promus.

Sophie Adenot, qui a grandi en Bourgogne, est une ingénieure diplômée de l’ISAE-SUPAERO de Toulouse, spécialisée dans la dynamique de vol des engins spatiaux et des avions. Il a étudié l’ingénierie des facteurs humains au Massachusetts Institute of Technology de Boston, aux États-Unis.

Lire Aussi :  les meilleures promos du "made in France" pour acheter local

Il a également travaillé pour Airbus Helicopters pendant un an en concevant des cockpits. “J’étais passionné par les hélicoptères et leurs cabines, je voulais apprendre de nouvelles technologies, et c’est pourquoi j’ai postulé pour être pilote d’essai”, déclare aujourd’hui, qui totalise 3 000 heures de vol et a piloté 22 types d’hélicoptères différents.

Elle détient le grade de lieutenant-colonel et a été la première femme pilote d’essai d’hélicoptère. Sophie Adenot parle anglais, allemand, espagnol et russe. Mère d’un jeune enfant, elle pratique le yoga.

A lire aussi :
L’Agence spatiale européenne a annoncé ses plans pour la navigation par satellite demain

Inspiré de Marie Curie et Claude Haigner

“J’ai grandi dans une famille curieuse de tout. J’ai grandi avec un esprit exploratrice”, a déclaré Sophie Adenot devant de nombreuses caméras. Son rêve d’espace remonte à son enfance – “ma sœur me rappelle souvent que quand j’étais petit, le seul poster dans ma chambre était une fusée”. Tout a commencé par la lecture de la biographie de “Marie Curie, cette grande dame” qui a inspiré beaucoup de monde. Puis, à 14 ans, le premier vol de Claudie Haigner a été un “vrai déclic”. Je n’y serais pas allée”, raconte le astronaute, rendant hommage aux “fantastiques professeurs de l’école” qui “l’ont aidé à croire” jusqu’à ce qu’il ait le “courage” de postuler à l’ESA. A 40 ans, Sophie Adenot est la première sur la station Mir en 1996. Après Claudie Haignere, qui a effectué le vol, elle devient la deuxième femme astronaute française de l’histoire.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Deux-Sèvres : deuxième jour de mobilisation "anti-bassines", des canalisations sectionnées

Admiré par Pesquet

“Ils ont une santé de fer, des compétences incroyables, des CV fous et, surtout, ils ont passé des tests psychologiques qui m’ont fait peur”, a déclaré Thomas Peske, qui a conseillé aux chanceux d’être “patients mais actifs” avant leur premier vol. Sept. ans pour lui. L’astronaute vedette, qui a participé aux tests, s’est dit “fier” de voir la Française sélectionnée, ainsi que son compatriote Arnaud Prost, 30 ans, qui a rejoint le corps de réserve de l’ESA.

Lire Aussi :  le débarquement en France de migrants secourus en Méditerranée "ne doit pas se reproduire", affirme SOS Méditerranée

En orbite à partir de 2026

Avec ses nouveaux collègues, Sophie Adenot devra attendre le printemps 2023 pour commencer à s’entraîner au Centre européen des astronautes de l’ESA à Cologne. Pour la première mission en orbite, probablement à partir de 2026.

“C’est un nouveau monde, beaucoup d’inconnues, j’apprends au fur et à mesure. Je suis ravie de suivre les traces de Thomas Pesquet”, a commenté Sophie Adenot.

Cinq nouveaux astronautes de l’ESA seront appelés à orbiter initialement la Station spatiale internationale (ISS) – avec plusieurs créneaux réservés à la génération précédente en orbite basse pour les futures missions lunaires.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button