Disney+ : un record qui cache une catastrophe industrielle

Actualités du matériel Disney+ : un disque qui cache le mal de l’industrie

En dévoilant hier les résultats du troisième trimestre 2022, Disney+ a envoyé un grand message à ses investisseurs et concurrents qui se sont engagés pour une croissance importante, révélant un mauvais rapport financier.

Disney+ bat le record d’abonnés du groupe devant Netflix

Mais jusqu’où ira Disney ? Au moment d’annoncer les quatre événements du groupe Disney et plus spécifiquement concernant Disney+ et ses filiales (ESPN+ et Hulu), Robert “Bob” Chapek, CEO (ou CEO comme disent les Américains) de la Walt Disney Company, a préféré annoncer une bonne nouvelle. à la presse

Plus de temps de juillet à septembre, dont le tiers est dit ; Disney+ peut se targuer d’avoir réussi à attirer plus de 12 millions de nouveaux abonnés, portant l’ensemble de la chaîne à elle seule à 164,2 millions d’abonnés actifs.

Lire Aussi :  Rishi Sunak va devoir relever une économie britannique à genoux

Si on est encore un peu loin du leader aux 223 millions d’Abonnés Netflix, quand on s’unit toutes les chaînes du groupe Disney (Disney+, ESPN+, Hulu), cette fois nous avons atteint 236 millions d’abonnés, Disney est le leader mondial du réclamer de la télévision (SVOD).

Evidemment, les résultats sont très encourageants, mais cela a nécessité de gros investissements avec pour conséquence des pertes “record”.

Disney+ : un disque qui cache le mal de l'industrie

Disney + signale des dégâts importants mais “tout va bien”

Si la croissance de Disney+ est impressionnante, elle mérite clairement la première place son catalogue, qui comprend désormais, en plus de l’univers étendu de Disney, Les Indestructibles et Star Wars. Et de ce fait, la grosse firme en or saute dans les investissements entre films et séries dérivées à gogo (The Mandalorian, The Book of Boba Fett, Obi-Wan, Andor for Star Wars, mais aussi WandaVision, Loki, Hawkeye, Moon Knight. Hulk à la place ). Sans nombre dans d’autres mini-dictionnaires exclusifs comme Dropout, God’s Order, ou encore l’excellent Dopesick.

Lire Aussi :  Au Forum de l’emploi à Rosporden, les entreprises devront convaincre les candidats - Concarneau

Bref, cela rapporte une très belle affaire aux abonnés, mais c’est aussi très cher. Selon les résultats financiers de Bob Chapek, les pertes d’exploitation sur un an sont passées de 800 millions à 1,47 milliard de dollars au dernier trimestre. Qui est simplement “le pire niveau“Je n’ai jamais pu admettre que Disney, mais le patron veut être flatteur :

Les pertes commenceront à diminuer au cours du trimestre en cours et Disney + réalisera un bénéfice en 2024.

Pour parvenir à ses fins, Disney compte évidemment continuer à séduire dans ses grandes franchises, mais aussi dans un nouvel abonnement moins cher avec de la publicité qui sera lancé le 8 décembre aux Etats-Unis pour commencer et qui suivra dans la suite. du monde en appels d’offres 2013

Lire Aussi :  La grande distribution en pleine révolution en Afrique

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button