anticiper les conséquences à long terme du changement climatique sur le parc nucléaire

Publié par:

Les effets à long terme du changement climatique sur le parc nucléaire français, en exploitation et dans le futur, doivent être mieux anticipés. C’est l’un des messages adressés par l’Administration de la sûreté nucléaire de l’ASN, qui a présenté lundi ses vœux à la presse. Cet été, pour la première fois depuis 2003, la police nucléaire française a été contrainte de fermer cinq centrales nucléaires en raison d’une vague de chaleur.

Les centrales nucléaires puisent l’eau des rivières pour refroidir leurs réacteurs, puis la rejettent dans un endroit légèrement plus chaud. Cet été, en raison d’une canicule, l’eau de la Garonne était, par exemple, à 28°. Ainsi, les émissions de cinq centrales électriques dépassent les limites réglementaires.

Lire Aussi :  Martin Groslambert : « Vraiment spécial » - Actualité

Afin de garantir la production d’électricité, l’État leur a permis de dépasser temporairement ces limites destinées à préserver la faune et la flore des cours d’eau.

C’était la première fois depuis 2003. Mais avec le changement climatique, ce phénomène va s’amplifier, prévient la Nuclear Safety Administration.

La vision est à la fois globale, régionale et grande attente »

La modification des processus de refroidissement des centrales existantes et futures devra tenir compte du calcul de l’impact cumulé sur les rivières si l’EPR est ajouté. Et avant tout, pensez à l’échelle du territoire, explique Bernard Doroshchuk, président de l’ASN : “ L’eau de la rivière est également disponible pour les collectivités locales pour l’eau potable et éventuellement aussi pour les agriculteurs, par exemple. Il faut donc avoir une vision à la fois globale et régionale et avec beaucoup d’espoir “.

Lire Aussi :  Anne Hidalgo offensive contre Rachida Dati mais critiquée dans sa propre majorité

Menace de réchauffement des rivières, météo ou tornades… Les industriels du nucléaire confrontés au changement climatique doivent désormais faire des prévisions à l’échelle multidécennale, recommande la Nuclear Safety Administration.


► À écouter aussi : Elektr : “On redevient exportateur, mais on n’est pas sorti de la crise énergétique”



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button